Lanvéoc situation

 
Blason de Lanvéoc
     
                                               
 
                                                                                                                             48° 17′ 12″ nord, 4° 27′ 39″ ouest
 Lanvéoc

Lanvéoc [lɑ̃veɔk] (en breton : Lañveog) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Située sur la côte nord de la presqu’île de Crozon, donnant sur la rade de Brest, la commune de Lanvéoc est enclavée dans la commune de Crozon.

Lanvéoc est une commune située sur la rive nord de la Presqu’île de Crozon, en bordure de la Rade de Brest, face à Plougastel-Daoulas.
La commune est délimitée au sud par le ruisseau de Kerloch, qui la sépare de celle de Crozon. Le bois de Poulmic se trouve pour l’essentiel à l’extrémité est de son finage, mais une petite partie est située sur le territoire de la commune de Crozon, qui borde également Lanvéoc à l’est, ainsi qu’à l’ouest d’ailleurs.
Les deux tiers sud de la commune forment un plateau situé vers 80 mètres d’altitude, sur lequel s’est établi la base aéronavale de Lanvéoc-Poulmic (le point culminant est situé en son sein à 88 mètres d’altitude), échancré principalement par un petit vallon à sa limite sud , à son débouché maritime a été bâtie l’École navale de Lanvéoc-Poulmic. 

Les falaises bordant la Rade de Brest présentent un fort dénivelé et sont pour l’essentiel boisées, principalement entre la pointe de Lanvéoc (où se trouve un fort) et la pointe de Pen ar Vir (où se trouve une tourelle), ainsi que, plus à l’est, en limite maritime du Bois de Poulmic. À l’ouest, en direction du Fret, le littoral est formé de falaises moins élevées, mais également à pente oblique forte et boisées. Un petit port a pu s’établir au lieu-dit « La Cale », juste à l’est de la pointe de Lanvéoc, délimité à l’est par une grande digue portant les restes de l’ancien appontement pétrolier.
Le littoral de la commune est longé par le GR 34, sauf à hauteur de la base aéronavale, qu’il contourne par le sud.
Lanvéoc fait partie du Parc naturel régional d’Armorique.

Lanvéoc est un démembrement de l’ancienne paroisse de l’Armorique primitive dénommée Plougrozon (Crozon). Lanvéoc, ancienne trève de cette paroisse, dépendait de l’évêché de Cornouaille. Lanvéoc, dénommé Lanveouc en 1425, est érigé en paroisse en 1862, puis en commune en 1872.

Préhistoire et Antiquité

Un menhir existe à Kersualet. Des restes d’une villa gallo-romaine ont été découverts à la Boissière et des traces de l’ancienne voie romaine qui reliait Civitas Aquilonia (Quimper) à Gesocribate (Brest) ont été retrouvées entre Botsand et Kernaval.

Moyen Âge

La famille du Poulmic, une des plus anciennes de Bretagne, possédait une motte féodale (l’ancien château était « dans une anse qui se trouve à une petite demi-lieue dans l’est » du fort de Lanvéoc) ; elle fut présente aux réformations et montres de Bretagne entre 1426 et 1536 (citée pour les paroisses de Crozon, Gouézec, Pleyben, Telgruc, Plounéventer, Plougasnou, Le Haut-Corlay, etc. dans lesquelles elle possédait des fiefs) ; elle fut reconnue d’ancienne extraction chevaleresque lors de la réformation de la noblesse de 1669. Elle fut puissante au XIVe siècle : Mathieu de Poulmic figure au nombre des légataires d’Hervé VIII de Léon en 1363 ; Hervé de Poulmic fut abbé de Daoulas en 1351 ; Yves de Poulmic fut abbé de Landévennec et décéda en 1425 ; Jehan, sire de Poulmic, fit serment de fidélité au duc de Bretagne le 23 septembre 1390 et fut tué en 1426 lors du siège de Saint-James-de-Beuvron. En 1459 Marie du Poulmic épousa Olivier II du Chastel.
Le chevalier de Fréminville décrit ainsi le château de Poulmic en 1835 :
« Le Poulmic était un grand fief dépendant en arrière vasselage de la maison de Rohan ; on y voyait jadis un château très fort, qui fut ruiné à l’époque où le cardinal de Richelieu, voulant anéantir la féodalité s’acharna à la destruction de ces forteresses (…). Un château construit dans le style d’architecture du temps de Louis XIII remplaça l’antique citadelle, et ce domaine passa en d’autres mains. Le titre de baronnie lui fut néanmoins toujours affecté, et la maison du Poulmic portait pour armoiries, échiqueté d’argent et de gueules, cette devise : De bien en mieux. On ne voit plus donc aujourd’hui que les restes des bâtiments construits sous Louis XIII. À leurs hauts faîtages, à leurs longues cheminées, au style d’ornements des fenêtres et des corniches, on reconnaît facilement le cachet de cette époque. Ces bâtiments en ruines ne sont que peu de choses par eux-mêmes (…) »
— Fréminville, Antiquités de la Bretagne
Une autre motte féodale, située à l’emplacement de l’actuel fort de Lanvéoc, portait le château des seigneurs de Crozon.

Époque moderne

Carte du Bois du Loc’h et de l’Anse de Poulmic datant de la fin du XVIIIe siècle
Par la suite, les terres de la baronnie de Poulmic appartinrent, en raison de mariages, aux seigneurs de Crozon et notamment à la famille de Rosmadec, puis à la famille de Plœuc en raison du mariage de Jeanne de Rosmadec avec Vincent de Plœuc, décédé en 1520. François Louis Rousselet de Châteaurenault en devint le propriétaire en 1684 grâce à son mariage avec Marie-Anne Renée de la Porte, fille de René de la Porte, comte d’Artois et de Crozon et Charles Henri d’Estaing lui succéda en raison de son mariage en 1746 avec Sophie Rousselet de Crozon (1727-1792), petite-fille de François Louis Rousselet de Châteaurenault.
En 1594, la cale de Lanvéoc voit le passage des troupes de Henri IV s’apprêtant à attaquer le fort de Roscanvel, alors occupé par les Espagnols.
La route royale de Nantes à Brest via Hennebont et Quimper passait par Lanvéoc (le trajet vers ou depuis Brest se faisait en bateau à travers la Rade de Brest), ce qui suscita l’essor des activités commerciales dans le bourg de Lanvéoc, marqua aussi par le passage de personnages célèbres, dont le 9 juillet 1686 les ambassadeurs du Siam (trois ambassadeurs et six mandarins accompagnés de leur suite), qui avaient débarqué à Brest et qui se rendaient à Versailles pour y rencontrer Louis XIV.
Plusieurs forts ont été construits dans la rade de Brest au cas où un ennemi aurait pu franchir le goulet de Brest. Parmi eux, le fort de Lanvéoc est construit entre 1772 et 1775 par Louis Lazare Dajot à l’emplacement de l’ancien château, mais Vauban l’avait déjà projeté. Établi là même où s’élevait autrefois le château féodal des comtes de Crozon, ce fort s’appuie sur un relief qui oblige à une construction en étages divisant le fort : en contrebas l’enceinte bastionnée, sur les hauteurs un fort carré. Ce fort fut remanié entre 1876 et 1880 pour tenir compte des progrès techniques : une batterie lourde fut alors installée, desservie par une porte d’entrée monumentale.